Accueil > Techniques > Adjuvants

Adjuvants

 

La culture orthodontique et la possibilité de mixer plusieurs techniques seront parfois fort utiles en cas de problèmes particuliers ou importants.

Le plan de traitement prévoira dans ce cas la combinaison d’un traitement fixe ou par aligneurs avec une ou plusieurs des techniques adjuvantes suivantes.Et systématiquement la cinquième, à savoir une contention qualitative.

La rééducation fonctionnelle
La clé de plus de 50% des problèmes de croissance.

Le timing : La rééducation fonctionnelle prend place après la correction transversale. Elle est d’habitude intégrée au planning, juste après retrait du disjoncteur si on en a utilisé un, ou dès que le développement transversal est suffisant pour qu’elle donne ses pleins effets.

En pratique, un travail d’équipe: Les structures osseuses une fois normalisées, un examen ORL est décisif afin de s’assurer de la parfaite perméabilité des voies aériennes supérieures. (Pas de difficulté à respirer exclusivement par le nez, même la nuit ?)

La logopède enseignera et/ou corrigera ensuite toutes les habitudes musculaires adéquates.

Si une structure anatomique bridante (frein de langue) a été identifiée, c’est seulement à ce moment qu’il faudra la corriger chez le stomatologue ou le dentiste spécialisé en parodontologie. Cela se fera après les quelques premières séances de logopédie, en toute confiance, et en bénéficiant de consignes d’exercices précises afin d’en tirer le plein bénéfice.

La rééducation pourra ensuite se poursuivre, à un rythme de séances décroissant, afin de pouvoir vérifier que le travail quotidien réalisé à la maison porte ses fruits, seule solution pour qu’une réelle habitude s’installe.

L’orthodontiste jouera un triple rôle:

  • prescripteur et chef d’orchestre de la manœuvre.

  • pourvoyeur de dispositifs de déblocage de place (disjoncteur, développement d’arcades Damon, … ) et d’assistance (rappeleurs de langue, guide lingual, …).

  • Coach et fournisseurs d’exercices orthodontiques spécifiques.

Il est primordial qu’une fonction pleinement équilibrée soit retrouvée, afin de prendre le relais des corrections dentaires et squelettiques réalisées, et d’offrir un environnement stabilisant à la dentition corrigée.

Vector = Ancrages vissés
Un appui supplémentaire pour rendre l’impossible possible.

Le principe: L’orthodontie, même à basses forces, est une mécanique qui se réalise avec des points d’appui. Comme en physique, c’est le principe “action – réaction” qui prévaut. Il existe des tas de situations dans lesquelles l’action est souhaitée, mais pas la réaction.

Quelques exemples:

  • Reculer un groupe de dents antérieures sans aucun effet parasite sur les dents postérieures.

  • Obtenir une avancée mandibulaire vraiment orthopédique alors que les éruptions dentaires ne sont pas terminées.

  • Réaliser les mouvements chez des patients qui ont déjà plusieurs dents manquantes.

  • Remonter une dent qui est descendue hors de son alignement.

  • Modifier l’inclinaison ou la hauteur du plan des dents.

En pratique: Le traitement d’appoint à l’appareillage se fait au cabinet, sous anesthésie locale comme chez le dentiste. Il n’y a aucune incision. Le principe consiste à visser manuellement au travers de la gencive une micro-vis en Titane dans l’os qui entoure les dents. Cet os dit “alvéolaire” ne dispose pas de fibres nerveuses. L’anesthésie concerne donc la gencive. Il ne faut pas s’attendre à avoir mal, ni pendant la procédure, ni au réveil. Il s’agit donc d’un implant temporaire, stérile lors de la pose, et facile à retirer lorsqu’on en aura plus besoin.

Indications: Il n’y a aucun problème à employer les vis “Vector” entre 11 et 80 ans. Il s’agira le plus souvent de jeunes adolescents pour lesquels le traitement orthopédique ne peut être réalisé qualitativement à temps pour la croissance que de cette manière.

Nous en avons posé des centaines depuis plus de 10 ans, avec toujours cette caractéristique de confort pour le patient, et la possibilité d’interagir de manière simple et efficace avec les traitements Damon, Insignia, et Invisalign.

Propel = Accélération locale & déblocage
Activation biologique d’une ou quelques dents.

Le principe: Il est possible, sans chirurgie des mâchoires, d’accélérer la biologie du déplacement dentaire. Cette “activation biologique” peut être recherchée de manière globale (voir le point suivant “corticotomies”), soit de manière plus locale pour 1 ou quelques dents.

En pratique: Le traitement d’appoint à l’appareillage se fait au cabinet, sous anesthésie locale comme chez le dentiste. Il n’y a aucune incision, le principe consistant à réaliser des micro-perforations de la corticale osseuse (couche externe de l’os) au travers de la gencive en quelques minutes. Aucune substance chimique ou médicament n’est impliqué dans le processus qui est une réponse de l’organisme à un stimulus particulier. Aucune incapacité n’est à prévoir. Le rythme des rendez-vous sera adapté afin de se voir plus souvent.

Indications et durée: Il s’agira le plus souvent de dents en position ou en situation osseuse complexe, qui ont du mal à se déplacer, ou d’une ou plusieurs dents qui ont un mouvement particulièrement long à réaliser. L’effet de cette activation se fait sentir de l’ordre de 2 mois. Aucun problème pour recommencer ensuite en cas de besoin.

Corticotomies = Accélération globale & volume osseux
Activation biologique générale avec augmentation éventuelle du volume osseux.

Le principe: Il est possible, sans chirurgie des mâchoires, d’accélérer la biologie du déplacement dentaire. Cette “activation biologique” peut être recherchée de manière locale (voir le point précédent “Propel”), soit de manière plus générale, avec en cas de besoin ajout de volume osseux.

En pratique: Un examen radiographique 3D de type cône beam est réalisé avant toute chose, avec une visite chez le stomatologue. Le traitement d’appoint à l’appareillage se fait au service de stomatologie en milieu hospitalier mais sous anesthésie locale comme chez le dentiste. Le stomatologue va réaliser de petites incisions de la gencive et stimuler la corticale osseuse (couche externe de l’os) afin d’obtenir une réaction de remodelage accélérée. En cas de déficit de volume osseux identifié sur l’examen 3D, il augmentera dans le même temps le volume localement ou généralement. Aucune substance chimique ou médicament n’est impliqué dans le processus qui est une réponse de l’organisme à un stimulus particulier. Une légère incapacité est à prévoir, qui vous sera expliqué par le stomatologue lors de la première visite. Le rythme des rendez-vous sera adapté afin de se voir plus souvent.

Indications et durée: Il s’agira le plus souvent de dents en position ou en situation osseuse complexe, qui ont du mal à se déplacer, de dents qui ont un mouvement particulièrement long à réaliser, ou simplement de patients pressés. L’effet de cette activation se fait sentir de l’ordre de 4 mois. Aucun problème pour recommencer ensuite en cas de besoin.

Contention systèmatique
A résultat remarquable, sécurité impeccable.

Le principe: Chaque étape de traitement “active” qui occasionne des mouvements dentaires et des remaniements osseux doit obligatoirement être suivie d’une étape dite “passive”, sans mouvements, qui permet de stabiliser le résultat.

Votre praticien va veiller à contrôler toute espèce de mouvement parasite, qu’il s’agisse d’un retour partiel vers les malpositions initiales, ou une quelconque instabilité.

Il va pour cela commencer par vous munir de dispositifs de contention, qui ont donc pour but de maintenir le résultat obtenu et de garantir la stabilité de votre traitement.

L’obligation de moyens de l’orthodontiste va l’amener à vous proposer la meilleure combinaison de dispositifs pour votre cas. Il faut en effet stabiliser à long terme les dents antérieures, à court ou moyen terme l’arcade au complet, et à moyen terme les modifications de croissance.

Le problème trop courant: Des tas de croyances erronées circulent en matière de contention, souvent avec une coupable arrière pensée de diminuer les efforts du praticien et de culpabiliser le patient. (“Les dents gardent la mémoire de leur position initiale, à la mâchoire supérieure il ne faut pas d’attelle collée, l’appareil de nuit doit au début être porté tout le temps, …” ) Nous voyons chaque semaine des patients qui nous sollicitent après un premier traitement hélas peu ou mal stabilisé!

La solution: Soyons honnêtes et pratiques: nous mettons un point d’honneur à protéger nos patients avec l’état de l’art en matière de contention comme de traitement:

  • pour chaque arcade une attelle collée de canine à canine (chaîne ultra-plate en inox médical qui épouse la face interne des incisives et canines et est recouverte d’une résine spécifique qui ne laisse pas sentir l’attelle)

  • pour chaque arcade un dispositif de nuit uniquement (6 heures sur 24), choisi selon les besoins du patient.

  • en cas de stabilisation entre 2 étapes de traitement, un seul dispositif par arcade traitée le plus souvent.

La jurisprudence en matière de durée de contention est de 1 an entre 2 étapes de traitement, et de 2 ans en fin de traitement complet. Il arrive que l’orthodontiste demande un maintien plus long en cas de risque.

4 visites de contrôle seront proposées, couvrant ces 2 années à un rythme dégressif, en relation avec la diminution du risque. Ce sera l’occasion de vérifier l’intégrité des dispositifs et de régler au besoin l’occlusion fonctionnelle finale.

Et après ? Il est important de noter que les positions dentaires évoluent toute la vie, orthodontie ou pas! La toute grande majorité des patients désire donc conserver ses contentions collées après les 2 ans obligatoires. En effet, on ne les sent plus après 2-3 jours, et leur espérance de vie permet de les laisser sereinement en place.

Il ne s’agit d’ailleurs pas d’une “coquetterie”, stabiliser les incisives inférieures est garant d’un meilleur maintien du volume osseux à ce niveau.

La situation la plus courante est donc celle de la “contention à vie”, choix éclairé des patients qui veulent conserver le bénéfice de leur traitement tout au long de leur existence.

Aucun suivi “systématique” n’est à ce moment nécessaire, mais nous restons à votre disposition.