Accueil > Blog > Assurances et orthodontie

Assurances et orthodontie

Assurances et orthodontie

Futurs patients, ou parents de jeunes enfants? Le budget est une question importante en perspective d’un traitement orthodontique. Le coût réel est la différence entre le devis de l’orthodontiste (qui idéalement couvre dès le départ tous les aspects du traitement, depuis l’appareillage, en passant par le suivi et le retrait, et jusqu’à la contention) et la somme des interventions et assurances.

Quelles sont les interventions possibles ?

  • Intervention de base : Si les conditions sont remplies (moins de 15 ans…) , toutes les mutuelles interviennent pour les mêmes montants, réellement dérisoires, prévus par le législateur.
  • Supplément : Une petite intervention supplémentaire est parfois prévue via un formulaire sans supplément de cotisation.
  • Assurance via la mutuelle : Chaque mutuelle propose une assurance complémentaire couvrant les dents et parfois d’autres domaines dans le même temps. Cela suppose de payer une cotisation en plus à sa mutuelle, et d’attendre le plus souvent 1 an (durée du stage) avant d’avoir atteint un premier plateau de droit à intervention. Ensuite, et dépendant des conditions de chaque mutuelle, le montant annuel peut continuer à s’élever pendant 2 à 3 ans pour atteindre son maximum. Les montants annuels maximaux sont très différents d’une mutuelle à l’autre (de 350 à 1060 Euros par an réels), et certains complètent seulement l’intervention légale alors que d’autres fonctionnent aussi pour les adultes: Cela vaut vraiment la peine de comparer !
  • Assurances privées : DKV, Ethias, Van Breda, …en proposent, qui fonctionnent également avec des stages. Deux points d’attention: les assureurs ont pour but de dégager des bénéfices, pas de subsidier les traitements. Ils introduisent dès lors des tas de clauses restrictives, réalisent une enquête préalable pour refuser de couvrir les risques et problèmes trop importants (agénésies, chirurgies, …), et/ou facturent très cher leurs services. Le bilan est rarement favorable pour les patients, avec une exception notable dans le cas d’une assurance prise par l’employeur, qui dans ce cas couvre d’habitude beaucoup plus largement et sans conditions restrictives individuelles.

 

Agir de manière responsable :

  • Tout futur patient devrait se couvrir avec une assurance complémentaire. Si il n’en dispose pas via son travail, une petite étude de marché permettra rapidement d’identifier la mutuelle la plus intéressante.
  • Tout parent prévoyant devrait couvrir ses enfants en prévoyant un traitement d’interception éventuel vers 7 ans, ce qui amène à cotiser dès 4 ans pour disposer de l’intervention maximale.
  • Enfants ou adultes, dans tous les cas, choisir un orthodontiste qui propose un budget totalement maîtrisé ( sans aucune surprise ni supplément ), étalé, et qui inclut toutes les étapes du traitement.

A très bientôt, Ortho Team